Vous êtes-vous déjà baladé dans les rues d’un marché artisanal ?

Oui, mais vous êtes-vous déjà imaginé passer de l’autre côté de la table ? Essayez et vous ne verrez plus les exposants de la même manière.

J’aimerais revenir sur cette première expérience en tant qu’exposante qui fût très enrichissante, stressante, mais nécessaire. L’hiver dernier, je me suis lancée un petit défi en m’inscrivant au marché artisanal lors de la première édition du festival d’art urbain d’Estavayer-le-lac Artichoke.


Site web du festival Artichoke

Kmile au Artichoke Festival d'Estavayer


Prendre des clichés de mes petites créations et les exposer sur les réseaux sociaux n’est pas une chose très compliquée. Ce petit “j’aime” ou commentaire que l’on reçoit de temps en temps vous montre que vos créations plaisent et ça booste! Cependant, j’avais envie de passer à l’étape supérieure, si l’on peut dire, afin de me diriger vers quelque chose de plus réel. En effet, ces derniers temps j’ai vu beaucoup de personnes en avoir ras le bol des réseaux sociaux. J’ai commencé à me questionner et à remarquer que moi aussi j’y accordais trop d’importance et que c’était devenu une énorme perte de temps et un cercle vicieux. Scroller, comparer, scroller, aimer, scroller, aimer, scroller, comparer, etc. ça rend fou, jaloux et j’en passe. Avant de faire la connaissance de mon fils, j’essayais de poster très régulièrement, car c’est comme ça qu’Instagram voulait que ça se passe. Devenir presque accro. Ben oui vu que c’est devenu un putain de réflexe à ouvrir cette application. Puis, un jour une artiste que j’adore a posté un petit paragraphe pour les artistes/créateurs/artisans, etc. en disant quelque chose qui ressemblait à ça :

Arrêter d’accorder trop d’importance et de créer uniquement pour les réseaux sociaux, car ils peuvent tomber du jour au lendemain. Poster pour poster alterne votre créativité. Ne négligez pas votre site internet et le vrai contact humain.

Je me suis dit: oh la la ! La révélation ! Enfaite, instagram nous transforme en une sorte de robot qui ne voit plus lumière du jour. C’est complètement fou.

Oui bien sûr je continue à utiliser les réseaux sociaux, car ils permettent malgré tout d’avoir une certaine visibilité. Cependant j’essaie d’y accorder moins d’importance et surtout j’aimerais revenir sur mon objectif principal : créer pour mon plaisir et pas pour celui des réseaux.


Kmile au Artichoke Festival d'Estavayer

Kmile au Artichoke Festival d'Estavayer

Parenthèse terminée. Et si on parlait du marché ? Je m’y suis préparé pendant environ 6 mois et avais tellement l’impression de n’avoir pas assez de choses à montrer. J’en ai passé du temps le soir à préparer l’événement alors que j’étais fatiguée avec l’arrivée du petit. Et je ne vous parle même pas du bordel dans ma tête. Bref, je ne sais pas si chaque premier marché est pareil pour chaque exposant, mais en tout cas j’espère que les suivants sont un peu moins stressants. Il faut penser à tout et surtout s’attendre à tout ! L’installation, les questions, la monnaie, la pluie, le vent, la chaleur, s’hydrater, se nourrir et tellement pleins de détails auxquels on ne pense pas toujours !

En ce qui concerne mon stand, j’en avais même fait un croquis pour savoir comment aménager les choses, histoire de gagner du temps.

Kmile au Artichoke Festival d'Estavayer

Sinon dans l’ensemble, tout s’est bien déroulé, car j’ai eu la chance de pouvoir compter sur du monde pour m’aider durant ces deux jours. Je salue tous ceux qui le font seul d’ailleurs; mais vraiment! Oui, il y a eu la tempête qui m’a fait un peu transpirer, car j’avais peur que mon pavillon ne tienne pas le choc.

J’ai reçu énormément de compliments et de commentaires très positifs malgré le peu de vente. Je ne vais pas vous mentir, je m’attendais à un peu plus de succès vu l’enthousiasme reçu sur les réseaux sociaux. Encore une fois, ces derniers ne reflètent apparemment pas la réalité.

Un peu déçue également par rapport au concept FLASH BRODERIE qui semblait aussi manifester de l’entrain sur la toile, mais qui finalement n’a pas du tout fonctionné. Le principe était simple : Apporte-moi ton t-shirt, pantalon, casquette, etc. et je te brode un de mes petits dessins.


Kmile au Artichoke Festival d'Estavayer

Kmile au Artichoke Festival d'Estavayer

Je suis cependant convaincue qu’il y a quelque chose à faire avec cette idée et je fais donc appel à vous tous qui me lisez pour en parler autour de vous. Le concept peut être intéressant dans un autre contexte qu’un marché artisanal, j’en suis sûre ! Effectivement, je n’ai peut-être pas fait assez de pub. J’ai longtemps hésité à préparer un poste sponsorisé et finalement j’ai laissé tomber par peur d’être débordée. Rire jaune.

Pour conclure, je dirais que malgré tout, j’en ressors hyper motivée et déterminée à aller de l’avant. Très heureuse de m’être mise en danger et d’être sortie de ma zone de confort. Oui, je suis de nature réservée et si vous êtes passés à mon stand vous l’avez probablement remarqué. Le premier pas a été franchi et ça fait du bien.

Si vous hésitez à vous lancer dans ce genre d’aventure, premièrement allez-y ! On en ressort satisfait même si tout ne se déroule jamais comme prévu. Deuxièmement, si vous avez des questions, c’est avec plaisir que je vous fais part de mes conseils de grande experte en la matière. Ironie d’accord ?

Un dernier mot, simplement MERCI !